Golemův šém

Le cacaoyer, le cacao et le chocolat

KAKAOVNIK_1

Le cacaoyer (Theobroma Macao) est un arbre atteignant entre 4 et 12 mètres de hauteur dont l’épaisseur de tronc moyenne est de 20 centimètres. Ses petites fleurs inodores apparaissent pendant toute l’année en grappes situées directement sur les branches plus épaisses ou sur le tronc même. Malgré le grand nombre de fleurs, les cacaoyers ne donnent que relativement peu de fruits car la majorité de leurs fleurs tombent avant d’en donner. Les fleurs de couleur blanche ou rosâtre ne diffusent pas d’odeur spécifique ni ne contiennent de nectar, la majorité d’inserts passent ainsi sans les apercevoir. La fécondation se fait donc soit par l’autopollinisation soit grâce aux moucherons de la famille des Forcipomyia. C’est environ 4 à 5 mois après la pollinisation que les fruits mûrissent. Leur taille diffère selon les variétés de cacaoyers, pouvant atteindre jusqu’à 25 centimètres de longueur et 10 centimètres de largeur, leur forme ressemble à celle d’un concombre.


A l’intérieur du fruit, on trouve entre 30 et 70 graines d’environ trois centimètres appelées les fèves de cacao. Une fois extraites de la cabosse, les graines sont nettoyées, fermentées et séchées. Après ce traitement, les fèves sont expédiées dans les chocolateries, où on les torréfie, les décortique et les broie afin d’obtenir une pâte grasse appelée la masse de cacao. Cette masse mélangée ensuite au sucre ou à d’autres ingrédients, est utilisée pour la fabrication du chocolat. Une partie de cette masse est pressée à chaud, cette pression permet de séparer le beurre de cacao et le cacao en poudre, connu tout simplement comme cacao. Les fèves de cacao contiennent, en dehors de sels minéraux et bien d’autres substances, de la théobromine, l’alcaloïde dont les pouvoirs bienfaisants éliminant la fatigue tant physique que psychique utilisaient déjà les Indiens américains il y a des milliers d’années.


Les Aztèques appelaient le cacaoyer cacauati d’où vient, par une légère modification, sa dénomination européenne, c’est-à-dire le cacao. De la même origine est également le terme chocolat car on appelait les produits dérivés du cacao – liquides comme solides – tchocolatl.

kakao_1kakao_2kakao_3kakao_4kakao_5

Le premier Européen à avoir fait connaissance avec le cacaoyer était déjà Christophe Colomb mais il a fallu attendre jusqu’au 1528 où le conquistador espagnol de l’Empire Aztèque, Hernán Cortés, avait apporté les fruits de cacaoyer et des tartes de chocolat pour les présenter au roi d’Espagne. Tout d’abord, le chocolat est passé plutôt inaperçu et ce n’était qu’au moment où on a commencé à y ajouter du sucre qu’il est devenu un vrai délice recherché. Cette nouveauté demeurait très chère et au départ, ce n’étaient que les plus riches qui pouvaient se la permettre. Le chocolat a conquis l’Europe seulement quand les Hollandais, les Français et les Italiens ont pu découvrir le secret tenu par les Espagnols.

12