Golemův šém

Le Shem

Rudolf

Le mot golem (hebreu הגולם) vient de la mystique juive ancienne. Le mot designe une figure artificielle, un être humanoïde, qui est animé de la vie par l´homme grâce à une magie particulière. L´homme peut former des oeuvres divers mais il n´est pas capable de former des choses vivantes. La vie – un don de Dieu – l´homme ne peut former un être vivant qu´en se réproduisant. Comme toutes les contraintes naturelles, les autres possibilitées provoquait l´imagination du temps immémoriale. En étudiant approfondiement  L’Écriture sainte on trouve, selon des légends anciennes, un moyen de faire revivre un être artificiel. Mais l’homme par sa nature ne peut pas correspondre à son Créateur, alors sa création reste un peu à mi-chemin. Ce pourquoi une créature artificielle n’est qu’une imitation mécanique de la vie – la créature n´a pas sa propre volonté, des pensées ou des sentiments, elle exécute mécaniquement des instructions de son maître. Il est évident que cet être a commencé à être connu dans un milieu juif comme “golem” qui en hébreu signifie quelque chose imparfaite ou incomplète.



Dans la tradition juive, Golem a été généralement fait d’argile en forme à peu près humaine. On lui a donné la vie en introduisant dans sa bouche un parchemin sur lequel a étét inscrit le nom ineffable de Dieu, parfois dit Hashem (Le Nom, „shem“) pour ne pas le prononcer. Pour le tuer, on a retiré le parchemin de la bouche.


Il existe plusiers légendes de Golem qui viennent de l´Europe de l´est et de l´Europe centrale. La plus connue est celle de Golem de Prague. Le rabbin qui l’a conçu au xvie siècle, était le Maharal de Prague nommé Yehudah-Leib (Leib, de l’allemand Loewe/Lion, est le surnom judéo-allemand de Yehudah/Juda, dont le symbole de la tribu est un lion). Une grande partie de sa vie Yehudah-Leib a vécu à Prague, où il est mort en 1609 et il a été enterré dans le vieux cimetière juif. Sa vie à Prague se situe dans le règne de l’empereur Rudolphe II. – un amoureux des arts et des sciences, y compris l’alchimie et l´ hermetisme. Leurs réunions allégués et le contenu de leur longue conversation reste enveloppée de mystère.


Le but de Golem a été de défendre la communauté de Yehudah-Leib, de protéger les pogroms juifs du ghetto de Prague. Selon certaines versions à une époque où les attaques ne sont pas menacées, Rabi l´a utilisé comme un serveur à la maison ou dans le temple. Pendant Shabbat Rabi a retiré le parchemin de la bouche de Golem – en conformité avec le plan du Créateur – Golem reposait.

12